Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 18 janvier 2030)- Le sommet international sur le trafic et la consommation des faux médicaments s'est tenu samedi 18 janvier 2020 à Lomé sous la présidence du Chef de l'État togolais, Faure Gnassingbé. Il avait à ses côtés les Présidents Yoweri Museveni de l'Ouganda et Macky Sall du Sénégal.

Cette rencontre de haut niveau a également enregistré la présence des Ministres représentants les présidents du Ghana, du Niger, du Congo Brazzaville, de la Gambie, ainsi du Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, du Conseiller exécutif du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), Hilale Omar et d'autres personnalités. Dans son discours d'ouverture, le Chef de l'État togolais a rappelé le contexte de l'initiative de Lomé. L’originalité de l’initiative de Lomé est double, a-t-il dit .

« Pour la première fois, elle est portée par des États africains et elle repose sur un fondement politique fort, à savoir l’engagement que nous allons prendre tout à l’heure en signant la déclaration de Lomé », a-t-il lancé.

« Ce qui se joue aujourd’hui concerne directement tous les peuples du monde et plus particulièrement l’Afrique. Nous menons ici un combat pour la santé, le bien-être de tous, l’accès à des soins de qualité et à des tarifs abordables. Un combat qui témoigne de notre foi dans l’avenir, le futur de nos enfants », a ajouté celui-ci.

Pour Faure Gnassingbé, il s'agit d'engager les pays respectifs dans une initiative sans précédent en lançant une lutte résolue et efficace contre le trafic des médicaments falsifiés.

« Ce jour est important car c’est la première fois que nous Africains, nous nous emparons nous-mêmes des problèmes des faux médicaments et de leur trafic, un fléau dont sur notre continent. L’Afrique doit prendre en main son destin et s’engage dans la lutte contre ce trafic mortifère », a-t-il insisté en appelant les autres chefs d'État africains à prendre également conscience de la situation », a-t-il déclaré.

Les Chefs d'État se sont engagés à mettre en place les structures et les législations nécessaires pour endiguer ce trafic et criminaliser ses différentes formes. Le sommet de Lomé a été marqué par la signature d'une déclaration politique qui servira d'accords cadre et de feuille de route pour la lutte contre les faux médicaments.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 janvier 2020)- Le Directeur général de l’Office Togolais des Recettes (OTR), Phillipe Kokou Tchodie a officiellement lancé, jeudi 17 janvier 2020, la plateforme en ligne « e-foncier » exclusivement dédiée aux opérations foncières.

Il s'agit d'un dispositif innovant qui va permettre aux géomètres et autres acteurs du secteur foncier de procéder à des formalités sans se déplacer, en leur offrant des avantages en gain de temps et de célérité dans les procédures.

« Avec le E-foncier, le notaire fait la réquisition en ligne, le droit est liquidé par l’administration fiscale en ligne. Le notaire en est informé en ligne et procède au paiement de ce droit en ligne. A partir de ce moment, l’administration fiscale procède aux formalités de mutation totale et au bout de 5 jours maximum, le requérant peut passer retirer son titre foncier », a laissé entendre le Commissaire aux Impôts de l'OTR, Adoyi Essowavana.

Il précise que la nouvelle plateforme s'inscrit dans le cadre des réformes, en lien avec la politique de dématérialisation et de mutation menée par le l'OTR et rejoint la liste des dernières, opérées dans le segment du foncier afin de faciliter les procédures aux usagers.

L'autre avantage qu'offre ce site est qu'il permettra de numériser toutes les opérations relatives au foncier, limitant ainsi les litiges qui sont souvent récurrents dans ce secteur.

Anika A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 janvier 2020)- Démarrées le 16 janvier 2020, les 6e Journées Portes Ouvertes de la presse ont pris fin vendredi 17 janvier 2020 à Kara (420 km au nord de Lomé).

Placée sous le thème : « Média, facteur de paix et de cohésion sociale », cette 6e édition des JPO de la presse a permis aux responsables d'organes de presse du Togo de mener des réflexions sur le devenir de leur corporation et de prendre d'importantes décisions visant à améliorer les conditions de travail des journalistes. Ceci à travers une déclaration dénommée « Déclaration de Kara ».

Les signataires de ladite déclaration sont : l'Observatoire Togolais des Médias (OTM), le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP), le Patronat de la Presse Togolaise (PPT), l'Union des Radios et Télévisions du Togo (URATEL), le Conseil Togolais des Éditeurs de Presse (CTEP), l'Association Togolaise des Organes de la Presse Privée en Ligne (ATOPPEL), le Syndicat National des Journalistes Indépendants du Togo (SYNJIT), l'Union des Journalistes Indépendants du Togo (UJIT) se sont s'engagés à redorer le blason du métier de journalisme au Togo. « (...), Conscients de la nécessité d'aller au plus vite vers la signature de la Convention Collective des médias du Togo afin d'assurer un statut aux employés des sociétés de presse du Togo, nous décidons de l'adoption à partir du 31 Janvier 2020, d'une GRILLE TARIFAIRE HARMONISEE des sociétés de presse du Togo (Presse écrite, Presse en Ligne, Radios et Télévisions ), indique la déclaration de Kara.

Les dirigeants des organisations de presse ont à cet effet, exigé des organisateurs des rencontres et manifestations, « l'arrêt » sur les lieux de reportage, de la distribution de jetons de présence aux reporters et journalistes. Un phénomène, ont-ils dit qui dégrade et avilit l'image des professionnels des médias et met à mal leur réputation.

Ils recommandent en outre, à tous les organes de presse du Togo, la présentation de factures à leurs clients avant toute prestation ou couverture à caractère promotionnel ou publicitaire.

Ils ont par ailleurs invité l'ensemble des organes de presse du pays et tous les Directeurs de communication, attachés de presse et responsables des cellules de communication des organisations, institutions ou structures faisant appel aux services des médias, au respect scrupuleux du contenu de la présente déclaration de Kara.

Au gouvernement togolais, les responsables de presse du Togo ont plaidé pour que le Fonds de soutien aux médias togolais en période électorale prévu dans le nouveau Code de la presse et de la Communication, soit alloué à la presse togolaise dans son ensemble (médias publics et médias privés).

Il faut noter qu'un comité chargé de l'élaboration et de publication de la grille tarifaire des médias du Togo a été mis en place à l'issue de cette rencontre.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 janvier 2020)- Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Tchambakou Ayassor a dans un communiqué rendu public vendredi 17 janvier, informé l'opinion qu'à la demande du gouvernement en liaison avec la CENI, une mission conjointe de la CEDEAO et de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) a effectué du 13 décembre 2019 au 14 janvier 2020, un audit du fichier électoral actualisé dans le cadre de l'élection présidentielle du 22 février prochain.

A l'issue de cet audit, précise le communiqué, la CENI a reçu des conclusions générales de ladite mission conjointe.

« Ces conclusions générales font apparaître que le fichier apuré et validé présente une tendance inclusive à travers notamment : un caractère non discriminatoire des dispositions légales encadrant l'inscription sur les listes électorales, l'inscription de 86,6% des citoyens en âge de voter, c'est-à-dire ayant 18 ans et plus, une progression dans la réalisation des recommandations de 2018, soit, 21 recommandations réalisées sur les 29. Les 8 recommandations restantes n'ont pas d'impact direct sur le fichier actuel », informe le Président de la CENI Tchambakou Ayassor.

D'après les responsables de la CENI, le fichier électoral définitif compte désormais 3.614.056 électeurs sur le plan national et à l'étranger (togolais de l'extérieur).

« Sur cette base, 9.389 bureaux de vote seront ouverts dans 4.445 centres de recensement et de vote », a annoncé M. Tchambakou Ayassor.

Il faut noter que les Togolais connaissent depuis vendredi 17 janvier, les noms des candidats retenus par la Cour constitutionnelle pour ce scrutin présidentiel. Il s'agit de GNASSINGBÉ Faure Essozimna, FABRE Jean-Pierre, GOGUE Tchaboure, KODJO Messan Agbeyome Gabriel, KUESSAN Georges William Assiongbon, TCHASSONA TRAORE Mohamed et WOLOU Komi.

Raphaël A.

Page 1 sur 1525
  • pub_janvier_2020.jpg

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…