Developed in conjunction with Ext-Joom.com

© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 16 octobre 2019)- Le Président de la République, Faure Gnassingbé a accordé ce mercredi  16 Octobre 2019 la grâce présidentielle à l'activiste politique, Foly Satchivi, a appris l'Agence de presse AfreePress. 

Selon la cellule de la communication de la Présidence, cette décision est prise « conformément  à larticle 73 de la constitution togolaise qui stipule que  « le Président de la République exerce le droit de grâce après avis du Conseil supérieur de la magistrature. »

Arrêté le 22 août 2018, jugé et condamné par le Tribunal de Première Instance de Lomé à 36 mois de prison dont 12 avec sursis, Foly Satchivi a vu sa peine être réduite à 28 mois d'emprisonnement dont 6 avec sursis lors d'un procès en appel tenu le 10 Octobre 2019.

Il faut rappeler que cette libération intervient moins d'une semaine après la condamnation en appel du président fondateur du mouvement « En aucun cas », M. Satchivi Foly. 

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 16 octobre 2019) La Coalition des 14 partis de l’opposition  (réduite à 6 partis), a appelé dans un communiqué rendu public lundi 14 octobre 2019, la communauté internationale à user de tous les moyens pour permettre au peuple togolais de « jouir de sa liberté de se réunir et de manifester ».

Selon la C14 et ses responsables, cette liberté consacrée par la Constitution togolaise, s’est vue restreindre par le pouvoir de Lomé qui « s’emploie » à empêcher systématiquement les activités ordinaires en des lieux souvent clos des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile. 

Le régime de Lomé, par l’entremise des forces de sécurité, entrave tout rassemblement de citoyens et de militants des partis de l’opposition à coup de gaz lacrymogène et de destruction de matériels même dans l’enceinte de sièges des partis politiques et des associations, occasionnant des blessés, déplore Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON.

La C14 brandit  des preuves telles que la dispersion à coup de gaz lacrymogène des réunions hebdomadaires du Parti National Panafricain (PNP), le rassemblement du mouvement NUBUEKE qui s’apprêtait à célébrer le 5 octobre dans l’enceinte de la maison de la santé. 

« Cette posture du pouvoir togolais procède d’une dérive non seulement totalitaire, mais aussi contraire à la constitution et aux lois de la République notamment la charte des partis politiques. La C14 s’élève vigoureusement contre de telles pratiques rétrogrades et iniques, car laissant seuls le parti au pouvoir et les associations qui lui sont affiliées mener leurs activités sans entraves », a indiqué la C14. 

Le regroupement désormais réduit à six partis politiques, très remonté face à cette situation, fait appel au bon sens du pouvoir de Faure Gnassingbé de « laisser » les partis politiques et les organisations de la société mener « librement » leurs activités dans le pays.

Et pour finir, « la C14 met en garde le pouvoir togolais contre ces dérives et le tient responsable des conséquences désastreuses que cette pratique peut engendrer contre la paix civile », a conclu le communiqué. 

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 15 octobre 2019)- Eviter la propagation des « fake news » (intox) et des propos haineux dans les médias. C'est ce que veulent l'organisation international de la presse Reporter sans frontière (RSF) et le Conseil national des patrons de presse (CONAP) du Togo. Ainsi, les deux institutions des professionnels des médias ont organisé, mardi 15 octobre 2019 à Lomé un atelier de réflexion à l'endroit des journalistes togolais, pour discuter  de ces phénomènes qui polluent de jour en jour la presse togolaise. 

Les travaux de cette rencontre ont été déroulés au tour du projet  « Journalism trust Initiative (Jti) », prôné par RSF pour récompenser et labelliser le journalisme professionnel et accorder aux médias qui font des informations de qualité un avantage concurrentiel, à travers un  mécanisme d'auto évaluation. 

« Face à l'abondance des fake news, il urge de sortir le vrai du faux, de faire un journalisme qualitatif, de distinguer le journalisme qualitatif du phénomène de fake news. Il s'agit en réalité d'édicter des règles professionnelles, que ce soit les règles édictées par les comités de normalisation internationaux mais également par les médias eux-mêmes. Grâce à ces règles, que les journalistes puissent sauto-évaluer pour savoir s'ils sont en train de faire la bonne pratique journalistique, s'ils sont en train de respecter l'éthique et la déontologie et s'ils sont transparents  comme le demande le métier », a déclaré Marc Aboflan, secrétaire général du CONAPP.

Durant la rencontre, les participants ont individuellement parcouru la plate-forme du « Journalism trust Initiative» et ont procédé aux différents exercices mises en place à travers le projet dont le but final est de rendre disponible des critères pouvant dorénavant permettre de distinguer la qualité du travail produit par les médias.  

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 15 octobre 2019)- A l’instar des autres pays du monde entier, le Togo célèbre ce mardi 15 octobre 2019, la journée internationale de la femme rurale. 

A cette occasion, la ministre de l’Action sociale de la promotion de la femme et de l’alphabétisation, Mme Tchabinandi Kolani-Yentchabré a délivré un message dans lequel, elle rend hommage à toutes les filles et femmes du monde rural qui se battent nuit et jour pour assurer leur vécu quotidien et celui de leurs familles.

Elle a par la même occasion, rappelé à  ces valeureuses femmes leur rôle et contribution à la sécurité alimentaire et au développement du Togo. 

Cette année, le thème retenu par le gouvernement togolais pour commémorer cette journée est: « Accès des femmes rurales aux moyens de production pour un développement inclusif et durable ». Un thème, qui selon la ministre  interpelle sur le rôle que  chaque Togolais  et Togolaise est appelé à jouer dans la réalisation des objectifs du Plan nationale de développement (PND).

Dans cette perspective, le ministère en charge de la promotion de la femme a entrepris plusieurs actions dans lesquelles une attention particulière est accordée aux femmes rurales. 

Mme Kolani-Yentchabré a précisé que malgré la mise en œuvre de ces actions, les études indiquent qu’en milieu rural , un ménage ayant pour chef une femme a plus de risque d’être pauvre qu’un ménage dirigé par un homme. Il est donc évident que les défis restent encore à relever. Ces défis sont entre autres, le renforcement des plaidoyers et des sensibilisations pour faciliter l’accès effectif des femmes à la terre, facteur de production par excellence en milieu rural. 

Pour la ministre, les réflexions autour du thème retenu pour cette année, permettront de résoudre ces différents problèmes.

Amen A.

Page 7 sur 1429

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…