© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2019)- Le Chef de l'État, Faure Essozimna Gnassingbé a procédé mardi 18 juin 2019 à l’inauguration du nouveau marché préfectoral de la ville d'Elavagnon dans la préfecture de l’Est Mono (253 km au nord-est de Lomé), a constaté sur place l'Agence de presse AfreePress. Un marché réalisé dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC).

La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du Premier ministre, Komi Selom Klassou, des membres du gouvernement et d’Aliou DIA, Représentant résident du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) au Togo et partenaire d’exécution dudit projet.

D'un coup global de 450 millions de FCFA, la réalisation de l'infrastructure a été confiée à l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB).

Le marché est doté de huit grands hangars de type préfectoral, d’un bloc administratif, d'un bloc de 10 boutiques, d’une boucherie, de deux abris pour bétail, d’un abri pour volaille, de deux blocs de latrines, de quatre magasins de stockage d'une capacité de 300 m3 chacun pouvant contenir jusqu'à 24 tonnes de marchandises, d’un forage photovoltaïque avec superstructure, d’un dépotoir intermédiaire et d’une clôture façade. Le sol du marché est entièrement dallé avec des allées de circulation.

La réalisation de cette infrastructure, a fait savoir Mazalo Katanga, Directrice générale de l’ANADEB, va contribuer à l’amélioration du cadre de travail des commerçants. « Ce marché pallie le problème d’exiguïté et d’occupation anarchique des espaces dans le marché et dans ses alentours. Il offre une plus grande sécurité aux marchandises et aux commerçants les protégeant contre les intempéries et vols. Il constitue également un levier pour l’accroissement des activités commerciales de la population marchande de toute la préfecture de l’Est-Mono et ses environs », a-t-elle laissé entendre.

La réalisation de l’édifice traduit selon la ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat et de la Jeunesse, Victoire Tomégah-Dogbé, la concrétisation de la politique sociale du Chef de l’État.

« Il est l’un des programmes du gouvernement qui contribueront à créer au sein des populations, les conditions favorables à la consolidation du développement social et au renforcement des mécanismes d’inclusion, tel qu’exprimé dans le Plan National de Développement (PND) à son axe 3, et ce en lien avec la politique du gouvernement pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) en vue de la réduction des inégalités », a-t-elle indiqué.

Ces infrastructures vont avoir un impact sur le renforcement des fondamentaux sociaux, bases cardinales de la création de richesses pour une croissance économique durable, a souligné de son côté, le Représentant résident du PNUD au Togo.

Lancé par le Président de la République le 30 juin 2016, le PUDC est une initiative de l’État togolais avec l’appui de l'État du Japon.

Son exécution a été confiée au PNUD. C'est un programme dont l'objectif est « d’améliorer de façon significative, les conditions de vie des populations dans les zones peu ou mal desservies par les infrastructures et services sociaux et économiques de base. Il a mobilisé un montant global de 2.114.607.689 FCFA.

Outre le marché d’Elavagnon, l’ANADEB a accompagné la mise en place de deux autres marchés de type préfectoral à Guérin Kouka et à Blitta, de trois maisons de la femme à Kara, Sotouboua et Notsè et d'une maison des jeunes à Mango.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2019)- Le Vice-président du Comité de développement du quartier (CDQ) de Hédzranawoe 1, Mme Afi Amevo était l'invité lundi 17 juin 2019, de radio Zéphyr. Une station de radio implantée dans le quartier Hédzranawoe à Lomé.Occasion pour elle de revenir sur l'affaire de cinq (5) hommes de nationalité nigériane qui selon la rumeur, auraient échappé à un lynchage dans le quartier pour avoir tué trois (3) jeunes filles togolaises et prélevé leur sang.

 

Une information que réfute Mme Afi Amévo, confortée dans cette position par la brigade de gendarmerie du quartier Hédzranawoé joint au téléphone.

 

D'après les informations obtenues par cette responsable du Comité de développement de quartier (CDQ) de Hédzranawoe, il était plutôt question d'une jeune fille. Une péripatéticienne avec qui un jeune homme de nationalité nigériane avait négocié des services sexuels rémunérés. « Arrivé chez le monsieur à la maison, la jeune fille a constaté le confort dans lequel vivait son client et a décidé de revoir à la hausse le prix négocié ensemble au départ. Un peu frustré, le Ibo a refusé de payer le nouveau prix. Ainsi, la fille est sortie ameuter les jeunes du quartier en criant que le Ibo voulait lui faire du mal. C'est ainsi que la foule est descendue dans la maison où vivaient d'autres locataires qui sont tous des nigérians pour les tabasser tous. Pendant ce temps, la jeune fille a disparue. La preuve, aucune image ne montre la plaignante ou celles qui sont victimes », a laissé entendre, Mme Afi Amevo.

 

Mais indique-t-elle, la police est en train de faire ses investigations pour retrouver la jeune fille par qui le problème est arrivé.

 

«Nous avons appris qu'il n'y a pas eu de mort. Mais c'est plutôt la population qui a tabassé les Ibo et pillé les meubles et autres de leurs chambres. D'après nos rapports et investigations, aucun corps n'a été retrouvé à la morgue et la jeune fille qui se dit blessée n'a laissé aucune trace à l'hôpital», a indiqué, Mme Amevo.

 

Les images de personnes ensanglantées avaient plut tôt, dans la journée de lundi 17 juin, ameuté toute la toile togolaise. Selon les témoignages, il s'agirait d'un groupe d'homme qui aurait commis un crime sur des jeunes filles togolaises à qui, ils auraient prélevé du sang.

 

Pendant que certaines personnes fait état d'une victime, d'autres informations faisaient état de trois (3) filles tuées.

 

Amen A.

 

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2019)- La journée de dimanche 16 juin 2019 a été perturbée par des coups de feu dans la ville de Vogan (57 Km au nord-est de Lomé). Pour cause, deux (2) prisonniers gardés dans cette maison d'arrêt ont tenté de s'évader des lieux, a appris l'Agence de presse AfreePress.

Selon les premières informations reçues auprès des témoins, tout a commencé aux environs de 13 heures GMT avec des tirs de de coups de feu. Les gardes pénitentiaires essayaient alors de maîtriser deux (2) prisonniers qui tentaient de quitter les lieux. Dans leur tentative, ces détenus n'ont hésité et ont poignardé deux (2) surveillants pénitentiaires. Mais ils seront finalement maîtrisés.

 

Il faut rappeler que le phénomène prend de plus en plus de l'ampleur dans certaines prisons du Togo. En mars 2019, une trentaine de détenus avaient réussi à s'évader de la prison civile de Dapaong (600 Km de Lomé).

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 18 juin 2019)- Le gouvernement va débloquer 450 000 000 FCFA pour accompagner les candidats en lice pour les élections locales du 30 juin prochain au Togo. Le décret portant contribution de l’État au financement de la campagne électorale a été adopté en conseil des ministres lundi 17 juin 2019, à Lomé.

La loi met à la charge de l’État de contribuer au financement des partis politiques et des campagnes électorales, lequel financement est prévu dans la loi des finances ou à défaut son montant est déterminé par décret en conseil des ministres, informe le communiqué ayant sanctionné le conseil.

Les 450 millions de francs CFA vont être débloqués pour subventionner les cinq cent soixante-neuf (569) candidats en lice pour ces élections locales. 

Ce montant est plus conséquent que celui du financement de la campagne pour les élections législatives du 2018 qui était fixé à deux cents millions de FCFA pour 130 listes. Ceci s'explique par le nombre assez élevé des listes en course.

Ce montant, précise le communiqué du conseil ded ministres sera réparti comme suit:  65 %, du montant global, soit 292,5 millions de FCFA seront partagés à parts égales entre les 569 listes. Les 35 % restants, soit 175,5 millions de FCFA, seront répartis proportionnellement aux suffrages obtenus entre les listes ayant obtenu au moins 10 %. Ainsi, chaque liste bénéficiera de plus de 500 000 FCFA pour la campagne électorale. 

« La gestion du financement public des campagnes électorales est soumise au contrôle de la Cour des comptes », conclut le communiqué.

Pour rappel, les élections que le Togo s’apprête à organiser après plus de trente ans, permettront d’élire 1527 conseillers municipaux sur toute l’étendue du territoire national.

Raphaël A. 

Page 1 sur 1286

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…