© Afreepress

© Afreepress

E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

©AfreePress-(Lomé, le 19 août 2019)- Le Togo va se doter d'une police fiscale dans le but de mener une lutte plus efficace contre la corruption, le blanchiment et le financement du terrorisme. Il s'agit d'un projet recommandé au gouvernement togolais par le comité de lutte contre le terrorisme du Conseil de sécurité de l'ONU dont une délégation a séjourné samedi 17 août 2019 à Lomé, a appris l'Agence de presse AfreePress. 

Selon le ministre de la Sécurité et de la protection civile, Damehame Yark cité par Republicoftogo, ce dispositif  fait partie de la nouvelle loi sur la sécurité intérieur du pays qui envisage de faire bénéficier la police et la gendarmerie nationale de moyens d'investigations très spécialisés et de solides formations.

« Les banques sont beaucoup plus regardantes sur les transferts et les dépôts. Les investissements suspects donnent lieu à des enquêtes. Mais avec d'énormes sommes qui circulent en cash, la traque s'annonce particulièrement compliquée d'autant que les réseaux criminels et terroristes ont toujours une longueur d'avance », a laissé entendre le Gal Yark.

Amen A.

 

 

 

©AfreePress-(Lomé, le 19 août 2019)- L'association « Rotary club Lomé Cocotiers du Togo » a organisé samedi 17 août 2019 au Centre médico-social d'Adawlato (Grand marché de Lomé), une séance de dépistage gratuite et de sensibilisation sur la lutte contre l'hépatite B et C à l'endroit des commerçantes et commençants dudit marché.

L'initiative a mobilisé entre autres, des techniciens de laboratoire, des psychologues et techniciens supérieurs de la santé sous la supervision de la Direction de la santé du district 1 de la commune de Lomé. 

Plus de 150 personnes ont été dépistées à cette occasion, ont laissé entendre les organisateurs. 

Le projet s'inscrit dans la droite ligne de la campagne internationale de dépistage et de sensibilisation  contre l'hépatite B et C dans les pays d'Amérique Latine et d'Afrique.

Selon l'OMS, le taux d'infection à l'hépatite B au sein de la population adulte connaît le niveau le plus élevé dans les régions du Pacifique 6,2%, suivie de l'Afrique avec un taux de 6,1%.

Au Togo, la situation n'est pas guère reluisante. « Au moins 20% de la population est infectés par l'hépatite B contre 3% pour l'hépatite C », indique un rapport du ministère de la Santé et de l'hygiène publique.

Amen A.

©AfreePress-(Lomé, le 17 août 2019)- L’Association des Femmes Juristes du Togo (AFJT) a procédé vendredi 16 août 2019, à la remise d'un don composé de vivres et d'une enveloppe financière aux enfants vulnérables de l’orphelinat « la Maison de la Providence » de Lomé. 

Le geste, selon les responsables de cette association, s’inscrit dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme Africaine célébrée chaque 31 juillet.

Composé de sacs de riz, de pâtes alimentaires, de bidons d'huiles, de boîtes de lait, de sucre, ce don est estimé à trois cent mille (300 000) FCFA avec une enveloppe de cent mille (100 000) FCFA remise aux responsables de l'orphelinat.

« Nous avons voulu à travers ce geste, témoigner notre amour à l’endroit de ces enfants qui sont également nos enfants. Nous avons estimé que les enfants orphelins ont également le droit de bien s’alimenter et de recevoir une bonne éducation. L’un des objectifs de notre association est de promouvoir l’éducation de la jeune fille. Et parmi ces enfants, il y a beaucoup de jeunes filles. C’est ce qui justifie notre action », a confié à AfreePress, Me Émilie Azibli, présidente de l’AFJT.

L’Administrateur de l’orphelinat, Jean Koffi Gbodossou n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance aux donateurs et a imploré la bénédiction sur leur association. 

L’orphelinat « la Maison de la Providence » créé depuis 2006 prend en charge une trentaine d’enfants abandonnés dès leur naissance ainsi que ceux, ayant perdu leurs parents. 

Officiellement lancée en 2017, l’Association des Femmes Juristes du Togo est composée de femmes exerçant dans le domaine du Droit (magistrats, greffières, avocates, huissiers de justice, enseignantes d’Universités, commissaires-priseurs …). Elle a pour but fondamental la défense des droits de la femme togolaise.

Raphaël A.

©AfreePress-(Lomé, le 17 août 2019)- L’Institut Supérieur de Droit et d'interprétariat (ISDI) a décerné vendredi 16 août 2019, des diplômes de fin d’études à ses étudiants en parcours « Licence » et « Master ». Il s’agit de la première promotion issue de cet établissement spécialisé dans la formation des sciences juridiques.

La cérémonie solennelle de remise de diplôme a été présidée par le ministre de l’Enseignement technique, de la formation et de l’insertion professionnelle, Tairou Bagbiègue en présence du président de l’ISDI, Dr José Kwassi SYMENOUH, ainsi que plusieurs acteurs du monde universitaire.

Ils sont au total 275 récipiendaires à être honorés lors de cette cérémonie, première du genre dans la vie de cet institut supérieur. Il sont formés en Licence (Droit public et Droit privé) et en Master ( Droit des affaires et fiscalités, Droit de l’entreprise, Droit des marchés publics, délégation de service public et partenariats publics-privés, et Droit des collectivités locales). 

« Cette cérémonie de remise est un devoir accompli. Tant je suis heureux pour ces étudiants, tant je suis heureux d’avoir fait du chemin et d’avoir atteint les objectifs. Il y a de cela cinq ans que nous avons mis l’école ISDI en route, aujourd’hui nous avons le sentiment que c’est une école qui en peu de temps a fait son chemin et qui sort les premiers diplômés », s’est réjoui le président de l’ISDI, Dr José Kwassi SYMENOUH.

Le travail bien fait, esprit libre et d’ouverture au service de la société sont entre autres les valeurs inculquées à ces étudiants.

« Nous préparons des femmes et hommes pour qu’ils soient libres et épanouis. Nous préparons des citoyens et citoyennes libres et responsables qui pensent à la société. Nous formons des jeunes professionnels afin qu'ils puissent défendre les droits des êtres humains et nous nous sommes donnés pour objectif de former des professionnels qui se soucient des plus vulnérables et  marginalisés. Notre établissement est un artisan du bonheur des individus et de la société », a indiqué le Directeur général de l'ISDI, Frank Kossi Somali. 

Pour le ministre de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle, l’ISDI est l’une des écoles en droit qui forment des cadres pour répondre aux exigences du marché de l’emploi. « La présente cérémonie nous permet de redécouvrir  cette école dans toutes ses couleurs et qui à sa manière contribue significativement à la formation des cadres compétents aussi bien pour notre pays et pour le monde », a-t-il souligné.

Les récipiendaires n’ont pas manqué d’exprimer leurs reconnaissance et remerciement aux dirigeants et enseignants de l’ISDI pour les valeurs qui leur ont été inculquées durant leur parcours. 

A noter que la cérémonie a été couplée avec la présentation de l’ouvrage « L'Afrique d’Abord » du Prof Gervais Koffi Djondo, fondateur de la banque panafricaine Ecobank et de la compagnie aérienne Asky, également président d’honneur de l’ISDI.

Crée en 2014, l’ISDI est la première école en Droit au Togo certifiée iso 9001 version 2015.

 

Raphaël A.

Page 1 sur 1354

Nous suivre sur Facebook

AFREEPRESS

Afreepress Premiére Agence de Presse Bilingue au Togo
BP: 20752 Lomé-Togo/ Cel :(+00228) 90 00 47 62 / 99 67 27 91 / 90 16 39 38 / 99 51 82 96
Siège : Bld de la Kara, rue de la Paroisse Saint Kizito
Tokoin Doumassesse (Adewui)
E-mail: afreepresstg@yahoo.fr

Partenaires

Top
Разработано с JooMix.
We use cookies to improve our website. By continuing to use this website, you are giving consent to cookies being used. More details…